Fallen Wolves
Bienvenue sur Fallen Wolves,

Entendez-vous les hurlements poussés par vos confrères ?
Resterez-vous tranquillement à regarder et faire semblant de ne rien entendre ? Bien sur que non, vous allez participer dans ce monde sans pitié qu'est le notre !

Bonne chance.


Un vent de Rébellion semble animer nos Terres. Serez-vous à la Hauteur ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Avalon ~ Ouvre tes mirettes, enfant perdu du Paradis tombé. Écoute le chant des loups désespérés, et amuses-toi de voir mourir les étoiles de tes yeux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avalon

avatar

Messages : 4

Votre Loup
Pouvoir:
Rang:
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Avalon ~ Ouvre tes mirettes, enfant perdu du Paradis tombé. Écoute le chant des loups désespérés, et amuses-toi de voir mourir les étoiles de tes yeux.   Jeu 30 Juil - 22:17



Avalon
Môme du Paradis perdu

Pseudo • Heaven. Immortelle. Navi. J'en ai tellement, appelez-moi comme ils vous plaira, mes p'tits poneys. ♥
Pays • France. EWIII. J'vis dans ce pays pas propre en comparaison de la Suisse.
Avatar
J'ai trouvé le forum sur • Grâce à mon cookie poilu : Kaala ! ♥
You



PrénomNom d'un Paradis mystique. Patronyme réservé au domaine des déités d'un autre temps. Avalon, perdue pour l'éternité. Aussi mystérieuse que l'Atlantide. Aussi sombre que les océans troublés et lumineuse comme l'orage. Avalon, douce créature des temps révolus.
SurnomTe donner un surnom ? Pauvre enfant. Personne ne te gratifie plus d'aucune affection, et le surnom est passé à la trappe. Il y avait cette femme qui te nommait, autrefois. Tu ne sais plus. Tu ne sais définitivement plus comment c'était.
ÂgeLes anges possèdent-ils seulement des âges ? Ils observent le temps qui passe avec une fascination étrange. C'est ce que tu fais, du haut de tes quelques lunes. C'est cette curiosité maladive qui t'agite continuellement, armée de tes sept mois.
GenreDélicatesse incarnée. Souffle saccadé, entre ces lèvres noirâtres et douceur sucrée de la féminité. Enfance malaisée. Tu n'es qu'une môme décolorée, au regard d'albinos et aux membres potelés.
EspèceDouce enfant hybridée. Fruit d'un mélange étrange. D'un amour inespéré entre deux canidés trop différents. Ta mère la Canadienne et ton père de Sibérie.
MeuteLes sanglants. Ceux qui se montrent cruels et sans pitié. Ceux qui écrasent leurs semblables avec un rire de dément. Tu ne leur ressemble pas. Jamais. Tu es trop douce, mais tu es là. Tu es de la Plume de Sang, sans être persuadée qu'est là ta place.
RangDe ton âge, tu n'es rien de plus qu'un Louveteau.
PouvoirNourrir l'espoir qu'il disparaîtra tôt ou tard. Qu'il s'éloignera de ton minuscule corps et qu'il ne te blessera plus. Chaos, il dévore. Chaos, il tue. Il a rongé tes flancs délicats, appelant sang et cris à tes lèvres qui ont imploré silencieusement. Qu'on arrête ça. Qu'on fasse taire ce calvaire. Chaos, c'est pas toi. C'est pas une partie de toi. C'est une « chose » qui t'a été donné. Par qui ? Par quoi ? Tu ne sais.
Chaos, c'est ainsi qu'il a été nommé par tes soins. Chaos, c'est des flammes qui pourlèchent ce qui t'entoure, indépendamment de ta volonté. Tu allumes des brasiers comme s'il en pleuvait, et tu continues de te bercer de ces tendres illusions.
Si Chaos a une faiblesse ? Sûrement. Ça aussi, ça t'échappe. Il ne te parle pas, ce fléau. Il s'amuse à bouffer ce qui t'entoure avec allégresse, sans obéir à tes sermons innocents. « Ne tue pas, Chaos. Ne tue pas. » Chaos a tué. Il a décimé. Il s'est éteint, sûrement par la fatigue. Peut-être amenuisé par les hantises de la môme qui dégueule des flammes du bout de ses coussinets.

Her
Caractère et Physique
description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique description du caractère et du physique
My story
« Vie de merde. »
Si le temps avait une couleur…

Il serait blanc

Elle tombe. Elle tombe et t'hypnotise. Les larmes ont glissé de tes grands yeux pâles, évoquant quelques douleurs sibyllines. Ils ne savent pas. Ils n'ont pas conscience de la souffrance que ça engendre chez toi. Cette vie. Cette éternité chimérique qui ne présente aucun attrait à tes yeux d'enfant. Tu as levé le regard, à peine un instant. Vers le cieux embrumés. Vers les étoiles aux couleurs passées. Blanches comme toi. Blanches comme l'astre qui brille au fond de ton regard, cristal laiteux. La Lune est là, aussi.
C'est blanc. Trop blanc.
Un corps se presse aux alentours. Trois autres, aussi. Ils sont petits et froids. Ils attendent. Ils attendent désespérément. Les minuscules prunelles aveugles se tournent dans toutes les directions. Pas les tiennes. Tes iris, ils restent obstinément fichés sur les entrailles qui ne vous appartiennent plus. Elle est là, maman. Elle est là, coquille vide qui dégage une odeur inquiétante. Ils ne saisissent pas vraiment. Ils ont conscience de la pestilence des proies sans-souffle. Ils jappent innocemment autour de toi. Ils gémissent et se tordent de toutes les pires façons. Ils ont faim. Ton estomac tonne entre tes lèvres, aussi. Le creux s'allonge indéfiniment.
La mort est là. Bientôt. Tu l'as sentie approcher avec inquiétude, lorsqu'un regard a disparu. Lorsque qu'un cœur s'est arrêté pour l'éternité. Tu as pleuré, sûrement. Tu ne sais plus vraiment. Tu as vaguement eu conscience qu'un fossé s'est creusé.
L'angoisse s'est insinué sur vos corps. Tes frères ne sont plus que trois. Ils te tiennent à l'écart. Ils te privent de cette chaleur dont tu as désespérément besoin. Ils ont eu tort. Ils ont regretté de s'être éloigné en rampant, te laissant seule dans la tanière gelée. Les eaux ont peu à peu montées. Elles t'ont piégé. Tu as hurlé. Tu as appelé, horrifiée. C'est là qu'il est né. Le monstre. La chose. Chaos.
Les arbres sont tombés, lorsque pas assez mouillés par les inondations. Les deux éléments se sont affrontés. Les derniers frères ont trépassé. Ça a même emporté la dépouille décharnée de ta mère malade. Ça a tout fait disparaître de ton regard. Toutes tes souffrances ont été balayées. C'est ça, Chaos.
→ Merci. Merci…

Il serait sang

Rongée. Bouffée.
Ton âme a été peu à peu grignotée par tes vices. Par tes premiers meurtres. Même involontairement, c'est toi qui l'a appelé. Tu le sais, lui aussi. Les flammes ont léché les corps de tes frères, encore et encore. Toutes les nuits, le cauchemar t'a éveillé. Et tu as pleuré. Elle a pas compris, ta tante. Elle a pas remarqué les cendres. Tu es mourante. Tu l'es encore aujourd'hui. C'est ton cœur qui hurle à l'agonie. C'est ta voix plaintive qui résonne. Elle t'a trouvé, cachée. Elle t'a découverte, blottie contre les restes calcinés qui ont tué ton odorat pendant bien des lunes. Avoir l'impression qu'il est partout. Que tes griffes sont des lames enflammées et que, tôt ou tard, Chaos te dévorera aussi.
→ Viens. Viens, Avalon.
Première fois qu'on prononce son nom. Elle a bougé, la sœur de ta génitrice. Ses crocs ont rencontré ta fourrure encore humide des flots qui se sont retirées. Boueuse. Crasseuse. Tu as réprimé un mouvement de recul.
→ Tu vas me punir ?
Queue entre les postérieurs, tu te laisses balancer de gauche à droite. C'est lent. C'est lancinant. Ça te berce doucement. Tu as envie de chouiner. Tu l'as pas encore fait. Tu les as pas encore pleuré, les mômes qui sont décédés. L'adulte te promène sans broncher. Tu émets de temps à autre ce triste sanglot, avant de te taire à nouveau. Tu as peur d'agacer. Tu as peur de déranger. Elle erre, un temps. Elle déambule avec l'enfant dans la gueule. Elle serre si fort que ça te fait mal, parfois. Elle s'accroche désespérément à toi. Tu es l'unique souvenir de sa sœur oubliée. Elle a regretté. Elle s'en est voulu d'être partie, qu'elle t'a dit.
→ J'aurais aimé être là.
code by Elle


Dernière édition par Avalon le Ven 31 Juil - 16:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarya
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 22

Votre Loup
Pouvoir: Rédemption de la Faucheuse
Rang: Alpha - PS
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Avalon ~ Ouvre tes mirettes, enfant perdu du Paradis tombé. Écoute le chant des loups désespérés, et amuses-toi de voir mourir les étoiles de tes yeux.   Ven 31 Juil - 14:10

Re bienvenue Heavy <3

Contente de voir que tu as trouvé l'inspiration pour une troisième beauté Very Happy
Son caractère risque d'être un beau contraste avec la meute, bon courage pour finir la fiche !

Sarya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Avalon ~ Ouvre tes mirettes, enfant perdu du Paradis tombé. Écoute le chant des loups désespérés, et amuses-toi de voir mourir les étoiles de tes yeux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Modèle] Voyage vers Agharta - Paradis Perdu
» La mythique cité d'Avalon
» b747-400 f UPS perdu
» Même les canards vont au paradis.
» photos perdu sur mon PC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen Wolves :: Hors RP :: Identité :: Présentations en Cours-
Sauter vers: