Fallen Wolves
Bienvenue sur Fallen Wolves,

Entendez-vous les hurlements poussés par vos confrères ?
Resterez-vous tranquillement à regarder et faire semblant de ne rien entendre ? Bien sur que non, vous allez participer dans ce monde sans pitié qu'est le notre !

Bonne chance.


Un vent de Rébellion semble animer nos Terres. Serez-vous à la Hauteur ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Lun 6 Juil - 11:08

Cette nuit-là, Elendil ne dormit pas bien et c’était peu dire. Le sommeil agité, il vit l’ascension puis la descente de la Lune dans le ciel étoilé. Lorsque les premiers rayons du soleil pointèrent à l’horizon, le Bêta poussa un soupir de soulagement et se leva bien avant les autres loups. Il s’offrit une balade aux abords de leur repaire dans la fraicheur matinale. Une brise légère soufflait et jouait dans son pelage épais. Arrivé sur un petit promontoire, le loup blanc ferma les yeux et profita des sensations que lui procurait ce petit moment de solitude. Le bruit d’un rongeur dans un buisson proche, le chant des oiseaux dans les arbres, le ruissellement d’un cours d’eau au nord et les doux rayons du soleil qui le réchauffaient. Il se nourrit de ce calme, conscient qu’il devrait bientôt retourner auprès des siens et de son Alpha pour la conseiller.

Quelques minutes plus tard, Elendil reprit le chemin de son repaire d’un pas souple et léger, finalement heureux de courir rejoindre son amour secret. Il l’avait aimée dès le premier instant, dès que ses yeux s’étaient posés sur la jeune louve. Elle n’était pas née parmi la Feuille d’Albâtre comme lui et il y avait un je-ne-sais-quoi chez elle qui le fit tomber amoureux d’elle. Mais elle s’était bien vite trouvée plus forte que lui. C’était sans doute parce qu’il n’avait pas confiant en lui, qu’il n’avait pas conscient de ses capacités. Alors, malgré qu’elle soit presque une étrangère, elle avait fini par s’imposer comme l’Alpha légitime pour les guider après la mort de son prédécesseur. Et le loup blanc l’avait soutenue depuis les premiers instants dans son nouveau rôle, certain qu’elle serait la meilleure Alpha qu’ait jamais connu la meute de la Feuille d’Albâtre. Et aussi parce qu’il l’aimait de tout son être. Elle avait fini par le nommer comme Bêta et Elendil s’était vu ainsi monter dans la hiérarchie sans y être vraiment préparé. Et il avait fait de son mieux, il l’avait conseillée avec son cœur et sa raison comme il pensait devoir le faire. Mais il l’aimait et cet amour inavoué le rongeait un peu plus chaque jour. Sauf qu’un obstacle se dressait encore devant lui. Sa timidité. Comment pourrait-il lui dire qu’il l’aimait, qu’il vivait pour elle alors qu’il ne méritait pas une louve comme elle ? Elle était si forte, si intelligente, si belle...

Le Bêta de la Feuille d’Albâtre pensait à tout cela alors que ses pas le menaient vers la tanière de l’Alpha. Il se justifia en prétextant vouloir prendre connaissance des dernières nouvelles. En réalité, cette justification était bien plus pour lui que pour Heaven. Prenant un air détaché, il s’avança vers son repaire et l’attendit à l’entrée. Elle revint bientôt, sans doute partie relever les rapports des Sentinelles et des Guerriers. Il se leva aussitôt qu’il la vit et baissa la tête en signe de respect.

-Bonjour Heaven. Les nouvelles sont-elles bonnes ce matin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Lun 6 Juil - 12:33




Trouver le repos dans les yeux d'un autre
« Elle n'est pas des nôtres. » Qu'ils répétaient tous. Être née ailleurs n'est que parjure, aux yeux des meutes. Une étrangère au sein d'une famille qui a tenté de l'aimer comme l'un de ses enfants, malgré sa différence inscrite à son front. « Tu n'es pas des nôtres. » Les mots résonnent dans son crâne d'enfant. C'est douloureux de se l'entendre dire à deux ans. Ça l'est encore à quatre. La blessure n'a jamais été capable de se refermer, et les vieilles rancunes s'accumulent. À ceux qui l'ont renié, Heaven aurait sûrement aimer pouvoir dire quelques obscénités. Elle aurait sans doute apprécié que tous se résignent à son règne, et qu'ils ne fassent pas tant d'histoires sur une décision irrévocable.
« Tu n'es pas des nôtres. » Le sang s'échappe de son cœur à l'agonie. La plaie ne cicatrisera probablement jamais. « Elle nous trahira. L'Alpha est gâteux, il n'a plus toute sa tête, ses choix ne peuvent être pris en compte. » Les larmes ont brûlé ses yeux, et continuent de le faire. Son existence, reniée. Sa volonté, écrasée. Pourtant, l'Albâtre friable a toujours su. Elle a, dès l'instant où les brimades ont débuté, qu'ils ne cherchaient qu'à se protéger. A préserver cette meute qu'ils chérissaient et adorent encore.
S'endurcir.
S'affermir pour devenir la meilleure. Lacérer les flancs des proies qu'elle guette, enhardie mais silencieuse. Le besoin impérieux de se faire une place dans cette société. Elle s'est démenée pour creuser son propre trou. Pour se frayer un chemin jusqu'aux cœurs angoissés. Et l'inévitable encra son destin sur un parchemin. L'Alpha est mort, durant une nuit sans lune, et Heaven a été consacrée. Ses prunelles obstinément sèches, elle a aimé du regard son nouveau peuple. Elle a embrassé indifféremment son royaume nouvellement acquis, et a salué ses sujets récalcitrants pour certains, désintéressés pour d'autres, et même idolâtres pour le reste. Elle n'oubliera jamais, la môme aux poils blancs. Elle ne laissera pas ce regard ambré disparaître de son champ de vision trop longtemps. Lui, le soutien silencieux de toujours.

« Tu n'es pas des nôtres. » Les murmures sournois l'éveillent. Son palpitant serré cherche le réconfort là où il n'y en a pas. Une tanière vide. Un creux qui lui est réservé, au sein même d'un arbre déraciné, et où personne ne pénètre, de peur d'attiser le courroux de la blanche Alpha. La nuit n'est pas encore achevée, lorsque ses angoisses l'extirpent de son sommeil brisé. La lune s'est déjà couchée, néanmoins. Tardera-t-il, le soleil ? Douces inquiétudes que celles de l'âme esseulée qui aimerait s'approprier la chaleur des autres pour tuer ses faiblesses. Délicate amertume que celle de la louve au rang trop élevé. Le respect détruit les amours. Il lamine les amitiés réelles pour les transformer en révérences malaisées. Même ceux qui l'ont accepté, par le passé, se montre aussi distants que proches.
L'amour.
Ce sentiment inconditionnel qu'elle voue, plutôt qu'à un être unique, à un large panel de loups différents. Ils sont là, inconscients d'avoir sa vie entre les pattes. Un sourire de façade et ses pas quittent l'enceinte de sa tanière au confort excessif. Un regard amouraché vers les corps agglutinés, et ses coussinets tendres s'éloignent de ces existences qui dépendent d'elle autant qu'elle dépend d'eux.
« Tu n'es pas des nôtres. » Les voix s'étaient montrées si froides, à l'époque. Elles avaient été si agressives pour ses tympans. Elle aurait aimé pouvoir les contredire. Assurer que, malgré sa naissance hasardeuse dans quelques terres oubliées, ses souhaits étaient les mêmes que ceux de tous les autres. Protéger la meute.
Simplement y vivre avec eux. Pour eux.
Deux ans. Déjà deux ans que la louve s'illustre à son poste, en observant à la dérobée ses congénères qui avancent dans l'âge. Le sang neuf est rare, chez les loups d'albâtre. Les naissances aussi. Son odeur s'est depuis longtemps mêlée à celle des autres pour ne former qu'un amalgame. Comme s'ils ne formaient plus qu'un. Quelques râles se laissent entendre depuis l'entrée de la tanière, et finalement elle s'élance.
« Tu n'es pas des nôtres. » Est-ce le cas, désormais ? Est-elle condamnée à n'être qu'une étrangère parmi tant d'autre ? Un énième soupir s'échappe d'entre ses lèvres mordues. Pourtant, ses réflexions auraient pu être poussées plus loin, s'il n'y avait pas eu ce parfum entêtant qu'elle reconnaîtrait entre milles. Son sourire pâle s'étiole mais ne disparaît pas. Il est là, si proche qu'il apaise ses tourments sans en avoir conscience. Le seul qui ait cru véhément à sa présence. Le seul qui était déjà persuadé qu'elle serait bénéfique à la Feuille d'Albâtre avant même qu'elle n'accède à son trône chimérique.
Le regard tendre. Celui qu'elle n'affiche que dans l'intimité restreinte. Celui réservé à ceux qui lui sont chers. A ceux pour qui elle donnerait sa vie. Il s'éloigne vers un piédestal confortable pour prendre le soleil. Déçue ? Sûrement. Heaven apprécie cette compagnie chaleureuse, quoiqu'un peu maladroite, qui distrait ses jours mornes.

« N'avez-vous rien à me rapporter ? » Pas une critique qu'elle fait, Heaven. Les Sentinelles s'appliquent, armées de leurs crocs affûtés et de leurs sens aiguisés. La première acquiesce silencieusement. Rien à signaler. Le calme retombe sur les entrailles tumultueuses de l'Alpha qui remercie ses congénères. « N'oubliez pas de boire régulièrement… Un souffle, presque une plainte. Je suis désolée de vous faire travailler si dur avec cette chaleur. Prenez le repos qu'il vous faut. » La douceur de son ton surprend quelques canidés, peu habitués à la sollicitude de cette femelle qui s'improvise tyran lorsque le moment y est propice. Pas que son règne soit dicté par la peur. Les heures se sont engrenées si vite que le soleil est déjà là, rayonnant et suffoquant, dardant ses doigts transparents sur les pelisses trop épaisses pour endurer un tel calvaire. Ses pensées dévient vers ses mômes. Vers sa progéniture formidable qui présente toutes les caractéristiques nécessaires pour survivre face au rude hiver. Elle s'y glisse pour les caresser de son museau humide, s'inquiète de les voir si faiblards lorsqu'ils relèvent leurs grands yeux colorés vers elle et les câline encore un instant.
« Elendil semble vous attendre devant votre tanière. » Le regard inquisiteur de l'immaculée s'insinue sur la silhouette d'un Gamma qui s'adresse d'une voix à peine audible, sans doute pour ne pas alerter ses semblables. « Merci. Je m'y rends immédiatement. » Un signe de tête respectueux avant d'embrasser une dernière fois ses précieux enfants. C'est un déchirement de plus. Une déception lourde qui bousille son cœur un peu plus à chaque fois. L'allure vive, motivée par l'inquiétude que son Bêta est déjà besoin d'elle si tôt dans la journée, l'Alpha retourne à sa tanière légèrement en retrait et y découvre la silhouette opale du beau mâle. Un salut bref, teinté d'une révérence délicate et de la soumission du regard qui se baisse. Il mâche quelques mots banaux, réclamant les nouvelles du jour. « Elendil ! J'ai appris que tu m'attendais. Voyons, ne reste pas en plein soleil, tu vas finir aussi malade que nos aînés. Je t'en pris, entre. » Enjoignant paroles et gestes, Heaven précède son plus proche conseiller entre les entrelacs de racines terreuses et s'installe dans l'ombre fraîche. Assise sur ses postérieurs, altière comme une reine mais engageante comme l'astre de minuit, son visage revêt un énième sourire. Une bonne journée qui débute, semble-t-il. L'humeur légère, la femelle reprend. « Les nouvelles ? Pour être honnête, il ne paraît y avoir aucune menace dans les alentours. Le puma qui s'est pressé à nos frontières récemment a été repoussé par les Deltas. Étais-tu donc si inquiet par ces faits pour être venu si tôt me voir ? »


© charney

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Mer 8 Juil - 20:29

Elle vint vers lui alors qu’il l’attendait depuis une poignée de minutes à peine. Il ne put s’empêcher de la trouvait belle dans la lumière du matin. Le soleil ornait son pelage de paillettes et faisait briller ses yeux magnifiques. Son cœur manqua un battement sous le coup de l’émotion et il lui sourit. Heureusement que les loups ne peuvent pas rougir, son secret aurait été bien vite dévoilé... Elendil lui témoigna sa soumission et la louve l’invita à entrer dans sa tanière. Le Bêta ne s’y était pas aventuré, aussi qu’il s’en souvienne du moins et il se souvenait de toute sa courte vie. Sous terre, à l’abri des rayons déjà brûlants du soleil, il faisait bon et le loup au pelage blanc respira l’air frais avec plaisir. Il s’assit près d’elle mais fit en sorte de ne pas la fixer, même s’il en mourrait d’envie. Tout en elle respirait la fierté et l’autorité mais aussi la douceur. Elle reprit la parole et son second l’écouta avec attention.

-Tant mieux, je n’aime pas savoir un puma sur nos terres, on ne sait jamais ce qui peut leur passer par la tête.

Il marqua une pause, le temps d’apprécier la fraicheur du repaire de son Alpha. Et dire que certains avaient encore du mal à accepter qu’elle occupe ce poste. Pourtant, qui d’autres qu’elle aurait pu veiller sur la meute aussi bien ? Lui, le loup venu d’ailleurs, avait toujours cru en elle, comme son prédécesseur. Il l’avait épaulé alors que des loups murmuraient dans son dos, crachaient sur ses origines. Il avait marché à ses côtés alors que son intégration parmi la meute devenait vacillante. Mais Elendil avait tenu bon, pour Heaven et pour la meute. Et il s’était tu lorsque les autres crachaient sur son passage et le reniaient, le traitant d’étranger. Ils ne savaient pas ce que lui sentait au fond de lui et il le leur pardonnait. Aujourd’hui, la plupart avait compris, les autres comprendraient bientôt. Alors, il aurait réussi, il n’aurait pas failli à sa promesse secrète.

-Oh, ce n’est rien, juste une nuit agitée. Mes frères et leur souvenir ne me laissent pas dormir en paix ces temps-ci. Je suis donc venu aux nouvelles. Je dormirais certainement mieux cette nuit avec le puma loin des nôtres. Je m’inquiète des loups solitaires. Je trouve qu’ils deviennent plus sûrs d’eux et ce n’est pas bon pour nous, tu le sais comme moi.

Le loup au pelage couleur de neige avait évoqué sa vie d’avant la Feuille d’Albâtre pour la première fois depuis bien loin. Il n’aimait pas en parler, cela le tourmentait. Mais il ne pouvait mentir à Heaven alors il lui avait avoué la vérité. Oh, elle n’avait pas dû relever la chose, aussi se garda-t-il de la lui rappeler. Autant éviter les sujets qui blessent... Surtout qu’il préférait qu’elle ignore son passé, lui qui était destiné à devenir un Oméga et qui se trouvait maintenant être son Bêta. L’opinion qu’elle se faisait de lui pourrait en être changée et le loup au pelage de neige aurait bien du mal à le supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Mer 8 Juil - 22:07

Entrevoir les rêves dans les regards, et laisser tomber la neige pour effacer les secrets
Reine des glaces & Prince des terres
– Why ? Why did it have to come to this ? How can you keep smiling like that ?
Passe la souris sur l'image, tu verras c'est magique…

Se laisser séduire par l'éclat d'un regard. Se laisser attendrir par un sourire sournoisement innocent. Pas une once de méchanceté chez cet être trop réfléchi. Depuis combien de temps seulement est-il à ses côtés ? Heaven a essayé plus d'une fois de s'y appesantir, pour se rendre compte qu'à ses yeux, il est sûrement né à ses côtés. Son identique. Son opposé.
Dans son antre, c'est la dame d'albâtre qui est reine. Sur son domaine, c'est elle qui règne. Pourtant, il est toujours là. Caché. Tapi dans l'ombre, à attendre que ses iris bleu-gris se posent sur lui pour les détourner vitement. Presque comme s'il était pris d'un malaise en apercevant ses traits. Lui semble-t-elle véritablement si insupportable à regarder ? Ce constat ramène l'amertume à ses lèvres. Peut-être une nausée qui l'ébranle. Son sourire fane délicatement, comme le dernier coquelicot dont les pétales carminés se détachent pour voleter un moment puis retomber plus loin, là où quelqu'un le piétinera sans le voir. Un sourire qui a été arraché par quelques pensées trop sombres.
Les pumas indolents, promeneurs égarés sur les terres des grands canidés, et synonymes de grands dangers pour les plus jeunes et les plus âgés. Quiconque sera faible face à leurs crocs acérés en paiera chèrement le prix.
L'inquiétude s'empare du beau visage de l'albâtre immaculé, sûrement provoqué par ces traits habituellement si guillerets qui semblent étonnamment fatigués. L'angoisse grimpe doucement, s'insinue dans son cœur déjà malmené par les années et s'encre à ses prunelles orageuses. N'est-il pas censé être à ses côtés pour l'éternité ? N'est-ce pas là cette promesse qu'ils se sont faites, silencieusement certes, dès l'instant où il a accepté de devenir son second ? C'est, du moins, ce qu'elle espérait. L'idée de le perdre découvre quelques peurs sibyllines. Il est ce poids indicible qui a offert son soutien inconditionnel, même lorsque les autres n'y croyaient plus. Il a été cette épaule qui aurait volontiers accueillie ses larmes, bien qu'elle n'ait jamais mis à contribution ce même don.
L'oreille est tendue à l'évocation d'une famille. La surprise glisse sur l'Alpha qui refuse que son Bêta s'arrête de parler. Des frères ? « Si ce n'est pas le cas et que la prochaine nuit te paraît aussi affreuse que la précédente, n'hésite pas à me rendre visite. Je suis aussi là pour guérir vos maux intérieurs, même si jusqu'alors je ne me suis pas illustrée par ma gentillesse vis-à-vis de ma famille. Je ne pourrai probablement pas soigner tes peines de cœur, mais laisse-moi essayer. » Le sourire serein retrouve sa place sur le visage ivoirin. Ces moments trop précieux pour qu'ils ne soient entachés de quelques doutes enfantins, il semble impossible qu'elle s'en lasse, l'Alpha albâtre. Il paraît indécent de croire qu'ils dureront toujours, mais n'est-ce pas là ce qu'Heaven est ? Une égoïste princesse aux rêves idolâtres et au crâne serti d'une couronne chimérique de quelques diamants arrachés des entrailles de la terre. « J'aimerais faire cela pour toi, Elendil. Pour toi qui a tant fait pour cette meute, mais surtout pour moi. » Son éclat irradie de toute cette douceur qui l'incombe. « Je ne connais rien de ton passé, sûrement que tu n'en sais pas plus à mon sujet… Ne serait-il pas temps que nous apprenions à nous connaître ? Je compte sur toi depuis deux pleines années, et je n'ai jamais pris soin de m'enquérir de tes sentiments vis-à-vis de tout ça… » Son regard pâle se promène silencieusement sur les parois brunâtres où émergent quelques racines des arbres ci-dessus. « Je pensais chasser pour la meute, ce jourd'hui. Aimerais-tu te joindre à moi ? » Les iris retrouvent le chemin vers les traits du mâle arctique. « Ne pourrais-tu pas me regarder dans les yeux, au moins pour cette journée, n'es-tu pas mon alter-ego ? Tu es mon seul ami proche au sein de la meute. Mon plus fidèle conseiller. Je n'ai pas de mâle à mes côtés pour régir cette famille, et tu as comblé ce rôle de la plus belle des manières. »




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Ven 17 Juil - 22:38

Laisser tomber le masque, s'ouvrir, vivre ou mourir...
Reine des glaces & Prince des terres
When we are loved, we doubt nothing.
When we love, we doubt everything.
Passe la souris sur l'image, tu verras c'est magique…

Il ne se douta pas un seul instant des questionnements qui agitaient l’amour de sa vie, bien trop occupé à résoudre les siens alors qu’Heaven gardait le silence. Pourquoi donc son cœur menaçait-il de cesser de battre lorsqu’elle posait son regard bleu-gris sur lui ? Pourquoi battait-il si fort dans sa poitrine dès que son attention ne se portait plus sur lui ? Etait-ce cela d’aimer quelqu’un ? Cela faisait deux ans, deux ans que ce sentiment était né en lui et qu’il ne cessait de grandir, de prendre de nouvelles formes. Mais un loup renié par sa famille ne peut prétendre à être le compagnon d’une reine. Et c’est ce qu’elle est. La Reine des Neiges, l’Alpha de la Feuille d’Albâtre. Elle n’était pas pour lui. Alors, il s’obstinait à détourner le regard dès qu’elle le regardait pour qu’elle ne sache pas, pour qu’elle ne comprenne pas qu’il se levait chaque matin pour elle, qu’il vivait chaque jour pour qu’elle l’aime, qu’il donnerait sa vie en échange de la sienne, qu’il redeviendrait l’Oméga qu’il aurait dû être plutôt que de la voir malheureuse, qu’il aurait tué plutôt que de la perdre. Parce qu’elle avait donné un sens à sa vie. Lui, l’étranger, le renié, c’était reconnu en cette louve venue chercher le soutien d’une nouvelle famille après l’errance et la solitude. Cependant elle avait cette force, ce charisme et cet instinct protecteur qu’il n’avait pas lui-même mais qu’il avait su reconnaitre. Et il l’avait aimé dès le premier regard...

Tout à son cheminement, Elendil ne put oublier son rôle de Bêta et l’inquiétude apparue sur le visage de son Alpha ne lui échappa pas. Mais ce n’était plus à lui de parler alors il attendit, il attendit qu’elle se confie à lui, son ami, son second. Que pouvait-elle bien penser ? Qu’est-ce qui assombrissait ainsi son beau regard ? Pourquoi ne se confiait-elle pas à lui ? N’avait-elle pas confiance en lui ? Pourtant, il était son second et son ami. Chaque jour, à chaque instant, son épaule était prête à recueillir ses larmes, ses mots à apaiser ses inquiétudes et ses peines. En vain. La Reine restait distante, parfois même froide. Alors il baissait la tête et espérait que demain serait un jour meilleur. Parlerait-elle aujourd’hui ? Elle semblait si différente ce matin que l’espoir naquit dans son cœur. Si elle devait parler, il lui sembla que ce serait aujourd’hui. Mais il était prêt, cela faisait deux ans qu’il était prêt.

Le Bêta au pelage couleur de neige était prêt, ou du moins il le croyait. Il ne s’attendait pas à ce que ce soit la louve qui lui propose de se confier. « Je ne pourrais probablement pas guérir tes peines de cœur... » Si seulement il pouvait lui dire à quel point elle se trompait. Un mot d’elle, un geste et ses persécuteurs de frères seraient oubliés. Un mot d’elle, un geste et il serait le plus comblé des loups. Mais il ne fallait pas, il ne pouvait pas. Le sourire serein d’Heaven était réapparu et Elendil lui sourit en retour. Il ignorait que l’Alpha n’avait pas fini de le surprendre, qu’il n’était pas préparé à la suite de la discussion. Son regard azur se posa sur la louve blanche et ne put s’en détacher. Elle était si belle... Son pelage captait les rares rayons du soleil qui se glissaient dans l’abri et se parait de diamants étincelants. Son regard si fort, si envoûtant, son odeur entêtante. Il aurait voulu lui dire les mots qui lui brûlaient la langue plus que jamais. Mais il ne fallait pas, il ne pouvait pas. Pourtant, les mots qu’elle lui dit le touchèrent et, si les loups avaient pu rougir, il serait devenu écarlate. Ne serait-il pas temps d’apprendre à se connaitre ? Il n’attendait que ça depuis qu’il l’avait rencontrée. Elendil sentit monter en lui une sensation nouvelle, pleine d’assurance. Cependant, c’était sans compter sur le pouvoir qu’exerçait le regard de la Reine sur lui. Aussitôt, il détourna le regard et baissa la tête. Mais la réaction d’Heaven cette fois-ci le piqua, le blessa plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Il avait envie de lui crier qu’ils n’étaient pas des alter-ego, qu’elle était née pour être Reine et que lui était né pour être soumis, qu’il l’aimait, qu’il ne méritait pas l’attention qu’elle lui portait, qu’il ne méritait pas son rang. Il n’en fit rien. La tempête se déchaînait dans son cœur et il resta encore une minute le regard baissé. S’il soutenait son regard, elle saurait. Voulait-il qu’elle sache ou préférait-il la perdre ? A cette idée, l’image du monde sans elle près de lui lui apparut, un monde sans couleur, sans odeur, sans saveur. Un monde où vivrait était une malédiction et non une bénédiction. Alors, doucement, le loup au regard océan releva la tête. Et ses yeux finirent par rencontrer ceux de l’amour de sa vie. Sans qu’elle en ait conscience tout d’abord, il venait de lui ouvrir son cœur. Le remarquerait-elle seulement ? Si non, sa vie n’aurait plus de sens et il s’en irait errer, attendre seul la mort. Si oui, alors deux possibilités s’ouvriraient : l’aimait-elle aussi ou le repousserait-elle ? Il venait de lui offrir son cœur, sa vie. Plus rien d’autre n’avait d’importance que ce qu’elle dirait. Étrangement, tandis que son avenir était des plus incertains, il naquit une force en lui, celle du condamné qui n’a plus rien à perdre. Et ce fut avec une assurance qu’il ne se connaissait pas qu’il continua à la regarder dans les yeux et qu’il lui répondit :

-Je t’accompagnerai avec joie.




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Dim 19 Juil - 0:10


Pourquoi l'enfant pleure ?
Un sourire. Un regard. Des œillades discrètes, lorsque son échine est courbée. C'est toujours ça qu'il a fait, Elendil. Rester dans l'ombre, attendre que la faille s'annonce pour illuminer sa morne journée. Pour éloigner ses doutes niais, et rendre l'inutile plus frivole encore.
Pour faire naître ces sentiments édulcorés qui ravivent les anciennes plaies. Cette tendresse qui n'est promise qu'à ses enfants merveilleux. Cette douceur qui n'est offerte qu'à ses plus proches amours. Lui qui se dénigre volontairement, en idolâtrant cette femelle blessée. Ils sont là, les iris azurés. Il est là, cet océan souffreteux qui rencontre un ciel orageux. Ils se touchent vaguement, à l'horizon. Ils se toucheront éternellement, parce que c'est la seule manière qui fonctionne. Les gouttelettes marines troublent les nuages qui s'éloignent, propageant le gris davantage bleu. Limpide comme l'eau d'une rivière de montagne, et clair comme les cieux d'été. Lavée de toutes ses inquiétudes.
A cet instant, la dame d'albâtre a compris. Ses grands yeux se sont écarquillés à cette constatation. Son cœur s'est arrêté en saisissant l'importance que son être a pour l'autre. Son palpitant a redémarré en appréciant cet éclat qui s'attarde dans les pupilles de son interlocuteur. Des étoiles qui y brillent intensément, éveillant une certaine gêne chez l'Alpha qui s'efforce de soutenir ces échanges silencieux.
Un sourire. Il sera éternellement là, c'est une promesse qu'il fait, en dardant son merveilleux regard dans le sien. Elle sera là, pour toujours. Toujours à le chercher. A se laisser séduire par ses traits délicats, presque féminins, qui la touchent trop profondément. Qui entaillent sa muraille qui menace de s'écrouler.
Ça déborde, dans son poitrail. Le souffle manque lorsque sa voix se réveille. Il est là, offert à son Alpha qui s'improvise mère et tyran. Elle y répond, de la seule manière que son cœur connaît. En l'estimant digne d'être à ses côtés.
Encore quelques secondes de ce silence caressant, avant que la dame d'albâtre ne se lève pour s'approcher. Doucement. Lentement. Laissant son propre cœur s'habituer à cette sensation étrange d'être proche d'un autre être sans en connaître les souffrances. Sans savoir ce qui a fait de lui Elendil plutôt qu'un autre canidé insolent. Elle s'approche, aérienne et faussement nonchalante, pour effleurer le museau humide du sien. Son visage se fraie un chemin jusque dans la fourrure opaline, identique à celle qui s'épanouit sur son corps massif, et s'y attarde pour s'imprégner de ce doux parfum. « Merci de n'avoir jamais douté de moi. » Juste quelques secondes. Peut-être une minute. La sérénité l'étreint, comme jamais auparavant. Certitude d'être en sécurité, ailleurs que dans les bras de Morphée.
Un léger rire s'échappe de sa gorge. « Je suis navrée, Ely. Je dois apparaître ridicule, à me laisser aller ainsi. Nous devrions nous mettre en route. Puisque tu te dévoues pour m'accompagner dans cette journée, beaucoup de choses nous attendent. » Lui dire non. Qu'il ose seulement formuler ces mots, et la môme aux yeux gris serait comblée. Qu'il se permette seulement de lui demander de rester encore, rien que quelques minutes ou heures dans cette position, son front posé contre l'épaule du mâle, et le reste n'aura plus d'importance.
Mais c'est pas ça, être Alpha.
C'est pas ça.
C'est pas ça, et son côté rationnel n'hésite pas à le lui rappeler. Son esprit trop terre à terre s'efforce de diviser les deux canidés. Le palpitant se meurt, à sentir la fourrure disparaître. Elle s'éloigne déjà, effectuant un pas de côté pour rejoindre l'entrée de la tanière. Le palpitant agonise, à se trouver déjà trop loin de sa propre sureté.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Dim 19 Juil - 20:54

Voir au-delà des apparences, être amoureux et s’abandonner à l’autre...
Reine des glaces & Prince des terres
WHEN WE ARE LOVED, WE DOUBT NOTHING.
WHEN WE LOVE, WE DOUBT EVERYTHING.
Passe la souris sur l'image, tu verras c'est magique…

Les tourments qui agitaient Heaven ne purent lui échapper. Mais son regard ne vacilla pas, ne faiblit pas. Et pour la première fois en deux ans, il put contempler vraiment la beauté de son regard. Ses iris agitées de tempêtes et cet éclat étrange comme si elle se cachait, comme si elle retenait en elle quelque chose. Alors, en silence, il lui fit la promesse de toujours rester à ses côtés. Elle ne serait jamais seule tant qu’il vivrait. Même si elle le repoussait, même si elle ne l’aimait pas, il attendrait dans l’ombre qu’elle ait besoin de sa compagnie.

Le silence s’éternisait mais Elendil ne le ressentit pas. Il profita de chaque seconde qui le séparait de la déception qui, il ne l’ignorait pas, l’attendait bientôt. L’Alpha se leva et il l’imagina déjà lui tournant le dos, ignorant l’aveu de son amour. Mais Heaven ne s’éloigna pas, elle fit l’exact opposé. La distance était réduite, toutefois, il fallut de longues secondes à la louve pour s’approcher de son second bouche bée. Et lorsqu’elle effleura son museau, un frisson le parcourut. Puis, il sentit ce visage aimé s’enfouir dans son pelage d’albâtre et il ne sut que faire. Alors, faisant taire son cœur et écoutant sa raison, il ferma les yeux pour savourer cette sensation.

-Je t’en prie, parvint-il à murmurer d’une voix étranglée par l’émotion et l’appréhension.

Qu’il se sentait bien à cet instant ! Pour rien au monde il n’aurait voulu que cette sérénité qui s’était emparée d’eux ne soit rompue. Ce fut Heaven qui finit par la rompre d’un rire léger. Pourquoi était-elle navrée ? Ne l’aimait-elle pas ? Regrettait-elle son geste ? Pourtant il a cru ressentir quelque chose entre eux, comme un lien fort, celui d’un soutien aveugle et sans condition, celui de l’amour. Il s’était senti comme son ancre, son protecteur pendant ces quelques secondes où elle avait enfoui son doux visage dans sa fourrure. Avait-il rêvé ? Ses fantasmes si longtemps tus lui avaient-ils joué des tours ? Désormais, il s’en voulait d’avoir avoué ses sentiments. Qu’est-ce qui lui avait pris de mettre ainsi son Alpha dans l’embarras ?

Ces pensées cessèrent de le tourmenter dès l’instant où la Reine des Glaces recula d’un pas. Parler, il devait lui demander de rester encore un instant, il devait lui dire avec des mots ce que son regard avait dit pour lui. Si elle s’éloignait, il aurait manqué sa chance ! Mais il ne pouvait pas, il ne fallait pas. Alors il se contenta de la suivre lorsqu’elle quitta sa tanière. Les deux loups se dirigèrent vers un coin des bois où le gibier abondait plus qu’ailleurs. Elendil garda le silence, estimant qu’il avait fait suffisamment d’erreur pour le reste de la journée. Mais son regard avait perdu un peu de son éclat et il avait eu bien du mal à mettre du cœur à l’ouvrage.

Le soleil était déjà bien haut dans le ciel et la chaleur avait fait disparaitre dans leur terrier tous les rongeurs du coin. Il était temps de rentrer. Alors qu’il déposait un dernier écureuil assez imposant sur le petit tas de gibier, le Bêta sentit une force nouvelle montait du fond de son cœur et s’emparait de lui. C’était son cœur qui était aux commandes et non plus sa raison ou sa timidité. Et il se vit alors faire quelque chose dont il ne se serait jamais cru capable. D’un pas souple mais déterminé, il s’approcha d’Heaven. Il s’assit à quelques centimètres d’elle et se mit à lui lécher l’épaule avec une infinie tendresse. Et puis, il posa doucement son front contre le pelage immaculé et attendit. Que ferait-elle ? Il n’en avait que faire. Il l’aimait et il voulait le lui montrer, lui montrer qu’il serait toujours là, à l’aimer, à la soutenir et à la protéger. Son nom était gravé dans son cœur qu’elle le veuille ou non. Si elle le repoussait, il reprendrait ses vieilles habitudes, détourner le regard, baisser la tête en sa présence, la surveiller de loin, remplir son rôle de Bêta sans trop de zèle. Mais si elle ne le repoussait pas, alors il commencerait à vivre pour eux et non plus pour elle seulement. Il y avait tant d’espoir et de désespoir mêlés dans ce geste et tant d’amour... Que ferait-elle de lui ?

Brusquement, il retira son front de son pelage de neige et s'assit. Elendil baissa le regard, honteux, horrifié. Venait-il de briser leur alliance silencieuse ? Venait-il d'aller trop loin et de briser tous ses efforts des deux dernières années ? Venait-il de la perdre, de tout perdre ? Sans doute... Alors il pria leurs ancêtres et leurs Créateurs de le sauver, de sauver son âme en lui accordant le pardon d'Heaven. Que ferait-elle de lui ?



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Lun 20 Juil - 15:50


Pourquoi l'enfant pleure ?
Fermer les yeux. Découvrir qu'il existe un être qui ne vit que pour soi. Qui ne trouve son souffle que dans le sien, et qu'il sera éternellement patriote des décisions prises. Il encourage son palpitant à trembler. Il se dévoue pour être son pilier. Un sourire paisible dévore les lèvres de l'Alpha comblée.
Pas besoin de davantage. Sûrement pas être égoïste, et chercher à s'accaparer cette vie nécessaire à son épanouissement. Un regard discret. Une œillade, pour se dissuader que tout n'est qu'un rêve. Se rendre compte que la nervosité s'est construite un palais sur son âme, et que la sérénité n'est déjà plus qu'un souvenir dérangeant. Pas l'angoisse sourde des cauchemars. Davantage celle d'être consciente d'une présence à ses côtés, qui compte sur ses pas aériens pour se guider, et qui attend une distinction particulière.
Réaliser que les mômes ne sont pas les seuls à faire son bonheur, et que son palpitant aspire à une autre fatigue. Celle d'aimer. Celle de s'inquiéter de son allure face à son prétendant, et celle d'être appréciée pour son être, pas pour son rang.
La chasse débute avec le jour, ramenant sueur et sang sur les pelisses immaculées. Ils se ressemblent, les deux gradés. Ils sont identiques, provenant des mêmes terres enneigées. Ils sont semblables, avec les mêmes aïeux sur la liste. Quelques sourires timides sont échangés, ponctués de regards neufs. Il ose, Elendil. Pour une fois, il se permet des œillades insistantes, jusqu'à ce que madame se noie.
Quelques rires, sûrement. Ils explosent.
Le zèle des premiers instants passés avec complicité. Il n'a pas idée, son Bêta. Il ne réalise pas l'importance de ce moment. Première fois que l'albâtre brisé s'offre béatitude à la chasse indolente. Première fois que ses crocs se referment avec allégresse plutôt que remords. Des excuses sont bredouillées aux âmes dérobées, consciencieusement, pour qu'elles ne meurent pas avec rancœur.

Douceur hypnotique. Amour chimérique, rendu possible par l'expression de quelques sentiments sibyllins. Il s'est illustré à son rôle, bien que stratège plutôt que guerrier puissant. Il dévore son Alpha des yeux. Elle imprime son Bêta dans sa rétine. Bientôt, il ne sera plus son second. Bientôt, il ne sera plus seulement ça.
La surprise évente ses traits. Elle flingue ses murailles qui tombent les unes derrière les autres. Il est là, à s'approcher avec fermeté. Il est là, décidé et altier. Presque un roi qui retrouve sa compagne esseulée, après la guerre. Une caresse attendrie. Un échange qui ramène le trouble au bord des lèvres. Si un mot s'échappe, son palpitant en profitera pour s'enfuir. Il est là, furibond dans sa poitrine, réclamant que dame Heaven réagisse. Espérant qu'elle ne sera pas trop stupide.
Le silence s'éternise, à mesure que le front se pose et s'attarde. Puis, victime d'une décharge imposée par la conscience, le mâle se recule. Il apparaît penaud. Sûrement inquiet.
L'Angélique demoiselle se permet un sourire, rendue muette par ses propres craintes. Et si ce n'était qu'une erreur ? Et s'il se fourvoyait, et qu'il n'était qu'impressionné par ses talents à gouverner, plutôt que par ses charmes efféminés ?
Les lèvres s'entrouvrent. Une fois. Puis deux. Sans doute trois. L'anxiété galope dans ses veines, renforcée par les cruautés qui ont été murmurées sur son passage, autrefois. « Tu n'es pas des nôtres. » Lui qui veut prendre Alpha pour compagne, comprendra-t-il ses pensées injustes ? Saura-t-il seulement être à ses côtés, y compris dans l'adversité ?
Puis, c'est sa rationalité qui reprend ses droits sur les sentiments. Est-il seulement conscient des implications ? Devenir compagnon plutôt que bras-droit. Devenir père de sa progéniture, même si ses gosses prétentieux ne sont pas de son sang. Choisir Heaven, reine d'indifférence, plutôt qu'une compagne effarouchée.
Son regard détaille avidement l'interlocuteur. Scrute son amour au cœur tendre pour remarquer que son palpitant a déjà décidé. Que sa tête hurlera sûrement à la traîtrise, à la naïveté et à ses croyances erronées, mais que le corps et l'âme n'aspire qu'à cette liaison éhontée. Ses traits revêtissent l'expression noble de l'amour exprimé. Plus de façade. Aucun masque pour ternir son regard bleu-gris. Avec une précaution infinie, Heaven se penche jusqu'à s'approcher trop près. Jusqu'à envahir l'espace vital de son Bêta pour effleurer sa joue de la sienne, et lécher l'oreille droite. « Me permettras-tu de formuler une demande qui s'apparente à un besoin plus qu'à un caprice ? » Le museau s'abandonne dans la pelisse à l'odeur douceâtre. Sûrement l'hémoglobine des proies qui s'attarde. Sa langue râpeuse récupère le précieux liquide qui menace de sécher, et se recule à peine, pour observer Elendil dans les yeux. Pour souffrir encore de l'éclat azuré. « Resteras-tu à mes côtés ? Une légère pause, ponctuée par la gêne de mettre des mots sur ses pensées tortueuses. Tu es déjà mon ami. Tu possèdes déjà ce rang élevé, et ce nom de confident. Je n'ai qu'une énième chose à désirer : Que tu partages ma vie de louve, en devenant mon compagnon. »

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Lun 20 Juil - 23:01

I will always love you...
Reine des glaces & Prince des terres
WHEN WE ARE LOVED, WE DOUBT NOTHING.
WHEN WE LOVE, WE DOUBT EVERYTHING.
Passe la souris sur l'image, tu verras c'est magique…

Elle lui sourit et il sentit son cœur fondre. A chaque seconde qu’il passait près d’elle, son amour ne faisait que grandir. Et s’il avait pu douter de la fidélité de ses sentiments, maintenant c’était chose impossible. Elle aurait pu être une Solitaire amaigrie et au poil hirsute qu’il l’aurait suivi au bout du monde. Il ne l’aimait pas parce qu’elle était une Alpha ou une louve fière, forte et admirable. Il l’aimait pour qui elle était, avec ses qualités et ses défauts. Peu lui importait que demain Heaven soit bannie, il la suivrait. Le Bêta avait prêté allégeance à la Feuille d’Albâtre mais avant tout à son Alpha.

Il ne pouvait se lasser de la regarder sans craindre qu’elle ne le voie. Il connaissait déjà chacun de ses traits mais il les redécouvrit avec le regard de celui qui peut. Il remarqua un petit épi au creux de son épaule, des nuances dans le gris-bleu de ses yeux et ses lèvres qui s’entrouvrent comme pour parler. Et Elendil comprenait les tourments qui l’agitaient, lui qui les avait si longtemps ressentis. L’aime-t-il vraiment ? Etait-il conscient des conditions qu’impliquent le partage de cet amour ? Etait-il prêt à assumer son nouveau rôle, ses nouveaux rôles ? Pourra-t-il être un père pour ses enfants ? Pourra-t-il être l’Alpha de la Feuille d’Albâtre ? Pourra-t-il la soutenir quoiqu’il arrive ? A ses questions, le loup blanc a eu plus d’un an pour trouver des réponses. Mais lorsqu’il la regarde comme en ce jour, elles lui viennent d’elle-même. Pour elle, il serait capable de tout, il serait n’importe qui. Un père, un confident, un amant, un conseiller, un guerrier. Elle n’avait qu’à le demander et il le ferait. Quant à savoir s’il pouvait être un Alpha respectable, il ferait de son mieux, comme toujours.

Mais alors qu’il le détaille sans s’apercevoir qu’elle fait de même, il remarque un changement. Il est infime mais l’immaculé comprend. Les barrières ont cédé, le cœur et l’âme se sont ouverts, il a gagné. Et la voilà qui se penche vers lui. Il ne bouge pas de peur de tout gâcher. Il sent sa joue effleurer la sienne et il ferme les yeux pour goûter au bonheur qui l’envahit. Lorsque la Reine blanche lui lèche l’oreille, il frémit doucement. Et alors qu’elle nettoie sa pelisse maculée du sang de leurs proies, il fait de même avec tendresse. Heaven finit par se reculer mais cette fois son second n’a aucun mal à la laisser plonger son regard dans le sien. Quelle demande veut-elle lui faire ? Il n’ose espérer de peur d’être déçu. Par habitude de la distance, il se prépare à être repoussé. Mais il reste sans voix. A-t-il bien entendu ou son imagination lui joue-t-elle des tours ? Se moque-t-elle de lui ? Mais non, son cœur et sa raison parlent à l’unisson pour la première fois depuis trop longtemps.

-Heaven, je t’aime, je ne peux vivre sans toi. Alors je partagerais chaque instant de ta vie avec plaisir. Je sais les doutes qui fourmillent en toi, ils furent les miens. Mais je t’aime, j’aime absolument tout chez toi, ton regard, ta voix, ton caractère, tes petits. Tout ce que tu aimes, je l’aimerai aussi et le protègerai. Tout ce que tu crains, je le combattrais et t’en protègerai. Tout ce que tu détestes, je le tiendrai loin de toi. Parce que ta vie est la mienne, ton souffle le mien.

Comment lui dire qu’il décrocherait la Lune pour elle et même les étoiles une à une ? Alors il joint le geste à la parole et s’incline.

-Je te promets amour et fidélité à jamais. Je te promets soutien et protection à jamais. J’accepte de devenir ton Roi, ma Reine. Je serai ton Alpha, ton compagnon jusqu’à ce que les Créateurs nous séparent.

Il se relève et vient lui lécher l’oreille avec amour et déférence. Oui, il est sien désormais, jusqu’à ce que la mort les sépare. Une nouvelle vie commence, pleine de surprises et de nouveaux obstacles. Mais le loup au pelage neigeux est prêt, il attend, aimant et aimé. Que peut-il se passer de mal à présent ?



© Gasmask

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Mar 21 Juil - 20:07


Pourquoi l'enfant pleure ?
L'Amour.
Il dévore ses entrailles qui hurlent avec acharnement. Il est là, le prince qui règne en maître sur son palpitant. C'est à peine si ses propres sentiments ont été pris en compte, ces dernières années. C'est à penser que l'Alpha s'est oubliée, jusqu'à offrir son corps à un solitaire sans intérêt pour engendrer des enfants à la meute. Pour faire taire les médisances à son sujet sur sa probable stérilité. Ils sont là, les mômes merveilleux. Trois. En bonne santé. Petits prodiges qui tiennent plus de la génitrice que du père absent.
Un sourire aux mots de son Bêta. Enfin, de son Alpha. Lui offrir ce à quoi son cœur aspire, bien qu'il n'y ait rien que son âme désire davantage qu'un compagnon pour cette vie. Rien de plus qu'un père pour ses enfants, même s'ils ne sont pas de lui.
Il a entendu. Il a reçu ses pensées par le biais d'un amour qui les lie désormais. Il a compris toutes ses craintes et les a fait siennes. Il a convaincu cette pédante demoiselle qu'il ne serait pas un fléau sur son existence. Qu'il n'appellera pas la gangrène dans sa poitrine, et qu'il ne constituera pas une menace.
Infinie tendresse. Il s'incline dans une révérence respectueuse, en sachant qu'il est désormais de ceux qui reçoivent les preuves de la déférence des autres plutôt que celui qui les donnent. Un sourire apaisé caresse le visage de l'Alpha. « J'aime te l'entendre dire, Elendil. C'est un soulagement de te savoir prêt à reconnaître ce qui est à moi comme tien. Je sais, mes enfants ne sont pas de ton sang, mais ils te respecteront et t'aimeront comme si c'était le cas. » Son sourire croît lorsque les démonstrations de tendresse s'enchaînent. A nouveau, l'oreille est léchée scrupuleusement, bientôt suivie de la gorge et du menton. Peu importe les signes de soumission qui se succèdent. Il est son égal. Il est aussi indispensable que sa personne, et s'illustrera à cette tâche. « En parlant de mes petits, Cariel semble t'avoir en estime. Il ne cesse de me parler de toi et de ta position de stratège. Un petit rire de gorge stoppe son récit. Je suis certaine que nous formerons une paire précieuse. Je n'ai jamais regretté la décision de te prendre pour second, je suis persuadée que nous poursuivrons aisément cette œuvre. » La gêne est palpable dans sa voix doucereuse. Pas celle, dérangeante, qui accompagne les gestes désagréables. Seulement celle des jeunes ignares qui apprennent sur le tas comment se comporter. L'amour n'est pas livré dans le bagage génétique. Il n'est pas offert à tous, et la façon de le voir diffère d'un individu à l'autre.
Avec une affection manifeste, l'albâtre connu pour son indifférence frotte son front contre le menton de son mâle, visiblement très satisfaite de son sort, avant de se rapprocher un peu plus pour murmurer quelques mots à son oreille. Un chuchotis inaudible. Des mots que tous doutent d'entendre un jour franchir ces lèvres noirâtres. Et pourtant. Ils ont tort, ceux qui pensent d'Heaven qu'elle n'est qu'un tyran dénué d'émotions tangibles pour autre chose que son propre sang. « Je t'aime. » Des susurres stupéfiants, y compris pour celle qui les prononce avec assurance.
Puis, la magie se laisse lentement submerger par le besoin impérieux de faire valoir les droits de son roi. Rentrer au repaire pour clamer haut et fort que la Feuille d'Albâtre n'a pas un dirigeant mais deux. « Rentrons. Les réserves sont vides, et je tiens à annoncer calmement notre liaison avant que les estomacs ne crient famine de manière trop soutenue. » Sans se départir de son sourire serein, la louve au nom de Paradis récupère un maximum de proies dans sa gueule et se prépare à prendre chemin vers les tanières, non loin de là.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elendil
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 42

Votre Loup
Pouvoir: Explosion Sismique
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Mer 22 Juil - 20:17

Quand deux ne font plus qu’un...
Reine des glaces & Prince des terres
WHEN WE ARE LOVED, WE DOUBT NOTHING.
WHEN WE LOVE, WE DOUBT EVERYTHING.
Passe la souris sur l'image, tu verras c'est magique…

Il devra prendre l’habitude de ne plus baisser le regard. Il n’est plus son second mais son égal. Ce sera long, des jours, des semaines peut-être. Elendil a l’impression de rêver. Ne plus avoir à se cacher, à refouler ses pulsions, ses sentiments. C’est avec une assurance nouvelle qu’il répondit aux caresses de sa belle. Sa langue passa avec amour sur son oreille avant de descendre dans son cou. Il aimait cette sensation nouvelle, celle de ne faire plus qu’un. Il est moins timide le loup blanc. Mais on ne devient pas un autre aussi vite. Alors, lorsque la louve parle de l’estime que lui porte son fils Cariel, un rire un peu gêné lui échappe. Toutefois, il n’est pas seulement gêné mais aussi content d’apprendre que celui qui est devenu son fils aujourd’hui ne se moquera pas de lui. Il n’y a pas que Cariel qui l’estime. Heaven lui fait confiance et il devra s’en montrer digne.

-Je te remercie de la confiance que tu as en moi. Tu le sais déjà, mais je ferai de mon mieux.

Bien sûr, il a ressenti sa gêne et vient frotter son front contre sa joue. Elle aussi doit s’habituer à cette nouvelle situation et il lui laissera le temps dont elle aura besoin. Il lui lèche avec délicatesse l’oreille.

-Nous apprendrons ensemble à aimer Heaven. Nous l'apprendrons l’un de l’autre.

Quelques heures auparavant, il ne faisait que rêver à un instant pareil et désormais, il le vivait. Une douce chaleur montait de son cœur et réchauffait tout son corps. Il restait tant de chemin à parcourir mais le loup blanc n’est pas effrayé. A deux, ils seraient plus forts. A deux, ils soulèveraient des montagnes pour les leurs. Les Alphas d’Albâtre feraient de leur mieux pour la meute, ils seraient leurs protecteurs, leurs leaders.

La louve immaculée s’approcha de lui à nouveau et vint lui glisser quelques mots à son oreille, des mots qu’Elendil ne pensait pas entendre un jour. « Je t’aime ». Il savoura ces mots, se les répétant. S’il n’avait pas eu peur de paraître ridicule, il se serait pincé pour être certain de ne pas être endormi. Les yeux fermés, il laissa la brise porter cet aveu amoureux. Mais déjà Heaven voulait rentrer, présenter son nouveau Roi aux siens. Lui aurait préféré profiter encore de leur intimité et du secret de leur amour. Pourtant, elle avait raison. Il était temps de ramener le butin de leur chasse. Il ramassa le reste de leurs proies et la suivit. Pris d’un élan de passion, il accéléra le pas et se hissa à sa hauteur. Les deux loups marchèrent vers leur repaire flanc contre flanc. Un dernier regard amoureux à sa belle et Elendil redressa la tête, port altier de celui qui va être couronné, juste avant de se présenter devant la meute. Il est parti Bêta et réservé, il revient Alpha et fier. Fier de son amour, de sa patience et de sa compagne. *Qu’elle est belle !* ne peut-il s’empêcher de penser alors qu’ils pénètrent comme des égaux dans la clairière où les autres attendent le retour de la chasse et que les regards se retournent à leur passage.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heaven
Alρhα

Alρhα
avatar

Messages : 56

Votre Loup
Pouvoir: Neige Éternelle
Rang: Alpha - FA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   Mer 22 Juil - 20:31

Puisque le RP est achevé, je me permets de le clore et de le déplacer dans les archives. :3
Merci à Ely pour ce superbe RP, je me suis beaucoup amusée. J'espère qu'Heaven & Elendil se retrouveront très vite INRP ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne pas pouvoir dire les choses... [PV Heaven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'aimerai pouvoir dire que tout va bien... [JUAN]
» Enfin quelque chose d'intéressant ici : MOI
» « Parfois, il faut savoir lâcher prise et dire au revoir »
» qu'est ce que ca veut dire ?
» Qu'EST-CE QUE CA VEUT DIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen Wolves :: RP :: Terminés-
Sauter vers: