Fallen Wolves
Bienvenue sur Fallen Wolves,

Entendez-vous les hurlements poussés par vos confrères ?
Resterez-vous tranquillement à regarder et faire semblant de ne rien entendre ? Bien sur que non, vous allez participer dans ce monde sans pitié qu'est le notre !

Bonne chance.


Un vent de Rébellion semble animer nos Terres. Serez-vous à la Hauteur ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Pv: Immortelle] Quand survivre ne suffit plus ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kenshin
Dέchυ

Dέchυ
avatar

Messages : 5

Votre Loup
Pouvoir: Ténèbres Hurlantes
Rang: Solitaire
Descriptions et Relations:

MessageSujet: [Pv: Immortelle] Quand survivre ne suffit plus ~   Jeu 3 Sep - 15:57



"Quand survivre ne suffit plus ~"
Avec: Immortelle




Cela fait longtemps que le grand loup roux se demande encore ce qui le fait tenir sans la Belle qui habite son cœur et l'habitera toujours.
Une pensée pour elle à chacun de ses pas, une ombre colorée de blanc et il ferme les yeux essayant de communier en silence avec elle.
Cependant, le loup n'y parvient qu'à de courtes périodes, malheureusement, il n'a pas hérité d'un pouvoir lui permettant de la garder à ses côtés ni d'entrer en contact avec.
Sa vie était liée à la sienne comme la lumière ne peut exister sans les ténèbres, elle n'a pu vivre sans lui.
Tel le Soleil flamboyant tombant amoureux de la blanche Lune, Sire Kenshin devint fou de Dame Tomoe.
Dans une époque révolue où le massacre est une chose qui parait normale, il ne purent que trouver la mort elle-même au bout du chemin qu'ils s'étaient tracés.

Au moment où le loup arriva au bord du Lac de Cendre, les Ténèbres semblèrent s'affaisser comme pour lui signifier qu'il avait terminé son périple de la journée.
Il s'arrêta, observa et décida d'arrêter son expédition du jour, il était certes en territoire ennemi mais cela ne le dérangeait pas plus que ça, il se retrouvait souvent dans ce genre de situation.
Peu importe.

La vie doit être vécue à fond si l'on ne veut avoir aucun regret, mais qu'en est-il de ceux qui ont perdu leur raison de vivre, de ceux qui ont perdu l'amour de leur vie ou encore de ceux qui ont du mettre eux-même à cette vie ?
Rien.
Absolument rien ne doit être fait au hasard, la vie est si intense en rebondissement, qu'elle mérite d'être soignée à chaque instant.

Kenshin s'aperçoit qu'une imperfection rocheuse pourrait lui offrir un abri pour la nuit, le loup s'y dirige d'un pas léger et sent une odeur.
Cette odeur, il la reconnaîtrait entre mille, peut-être ce soir aurait-il la chance et l'extrême privilège de la voir, ne serait-ce que de façon fugace.
Il ferma les yeux.
C'était sa manière à lui de lui signifier qu'il était sien comme elle avait été sienne, car il ne fermait jamais les yeux, n'ayant jamais de réels moments de quiétude ou de loups en lesquels il pouvait avoir confiance.

Un instant plus tard, il s'était assis, sur son arrière train, les yeux fermés, il releva lentement le museau vers le ciel, car la nuit était arrivée il y a peu et un hurlement transperça la nuit comme la morsure d'une lame bien affûtée.
Son chant entama la nuit de tous ses sentiments qu'il refusait de ressentir et de montrer.

Il la pleurait silencieusement à chaque seconde et détestait ce qu'il était devenu avant de la rencontrer et haïssait encore plus ce qu'il avait du lui faire.
Kenshin aurait du se faire une raison, se résigner et accepter la dure fatalité, seulement, il ne le pouvait pas, ne serait-ce que pour la mémoire de sa Belle.

Son chant prit fin au bout d'un moment et le loup garda la tête relevée vers le ciel d'une couleur d'encre presque impénétrable, il aimait à se demander si elle avait été là, comment aurait-elle apprécié la vision qui s'offrait à lui ?
Elle l'aurait adoré, il n'en avait aucun doute.

Un bruissement sur sa gauche fit bouger ses oreilles dans la direction du son, il ne bougea cependant pas, semblant se fondre dans la nuit, son poil se confondit avec les ombres environnantes.
Il attendit.


© Codage par Kaala

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Immortelle
Gαππα

Gαππα
avatar

Messages : 30

Votre Loup
Pouvoir: Murmures des Astres
Rang: Guérisseuse - PA
Descriptions et Relations:

MessageSujet: Re: [Pv: Immortelle] Quand survivre ne suffit plus ~   Lun 7 Sep - 19:36

Il n'y a que les papillons qui sont libres

Le temps s’est arrêté. Immortelle n’a pas eu l’occasion de respirer librement depuis longtemps. Depuis sa rencontre avec l’autre immaculée, sûrement. Son souffle a manqué, plus d’une fois. Les plaies sont plus rares, désormais. Les anciens taisent leurs aigreurs d’estomac. Ils passent sous silence leurs épopées exagérées. A-t-elle commis un impair ? S’est-elle montrée désagréable de quelques façons ? Il n’y a que le silence pour lui répondre.
La pénombre s’engouffre dans la brèche. Elle se propage, muette comme les morts qui ne parviennent à faire entendre leur chant lyrique. Même les étoiles sont endormies. Le crépuscule fait danser ses flammes acérées dans les cieux qui se teintent de toutes les nuances carminées, puis violacées. Il n’y qu’Immortelle qui ne change pas.
Les jours passent.
Les semaines s’envolent.
Les années s’engrènent.
Parfois, la sourde impression de n’être redevenue que cette enfant perdue persiste. Elle s’accroche à sa poitrine, menaçant de la faire sombrer. Puis, lorsque le soleil s’éternise, son corps s’affaisse pour devenir celui d’une très vieille louve abîmée par les décennies. Par les siècles.
Presque comme si, influencée par les étoiles, Immortelle rajeunissait avec elles et vieillissait aussitôt. D’un soupir, la Guérisseuse transmet son ennui à qui veut l’entendre. Bien qu’il n’y ait personne. Bien que sa solitude lui pèse, plus encore qu’autrefois.

« Quiconque a connu la compagnie rafraîchissante de ses congénères n’en souffre que davantage de retrouver son obscurité… »

Lorsque ses iris rencontrent l’immensité de l’Éther, les questions s’imposent. Quand le jour finira-t-il ? Quand le recommencement cessera-t-il ? Quand la vie prendra-t-elle fin ?
De loin, les lueurs tournoient dans les cieux clairsemés. Les derniers rayons incendiaires répandent leur flot brûlant sur les enfants mortels qui se plaignent. Ils ne savent faire que ça, au fond. Susurrer des requêtes qu’ils adressent à quiconque veut les entendre. Chuchoter des prières sans connaître les dieux auxquels elles sont destinées. Et, finalement, renoncer. Ils comprennent trop tard que leurs demandes ne seront pas exaucées. Ils perdent foi, une énième fois. Immortelle a arrêté de croire, il y a longtemps déjà. Mais, avec l’énergie du désespoir, son cœur se raccroche à cette possibilité d’être entendue par l’une des créatures du-dessus. Parce que, dans son égoïsme et son arrogance, tous espèrent être l’unique individu qui saura gagner sa place au Paradis, tout en repoussant l’échéance indéfiniment.

Errance hasardeuse. La voix caressante des eaux qui clapotent l’extirpe finalement de ses songes troublés. Ses pensées dérivent vers son Alpha. Les astres s’alarment, comme à chaque fois. L’austérité rampe sur son âme enfantine, ravivant cette sensation éprouvée lorsque les prédictions des trépas de ses aimés se sont insinuées dans son crâne blême. Immortelle comprend.
Elle saisit avec amertume que ce bonheur n’a été que chimères éphémères, et que l’au-delà se rie de leurs envies. Aérienne, la môme des astres se déplace sans entrain.
Son corps délicat se fraie un chemin irrégulier vers on-ne-sait quelle destination. Du moment que le cours de ce temps est dévié, l’endroit où elle va échouer lui importe peu. Du moment que ça lui permet d’oublier, si peu de temps certes, ses propres tourments s’éloignent enfin.

Puis, il y eu un son.
Un éclat dans la nuit revigorante. Un désespoir qui sonne vide, un peu comme son propre chant qui n’a plus de paroles depuis longtemps. Un appel qui apparaît, à son cœur rongé par la démence, semblable à un salut éminent.
A cet instant, il n’y a rien qui l’obsède davantage que la solitude. Rien de plus que sa peur de la pénombre, depuis que les siens s’y engouffrent avec la ferveur de l’enfant qui se hâte de découvrir sa nouvelle demeure.
Qui qu’il soit, Immortelle se dépêche de rencontrer l’être indolent qui tue la nuit de ses cris trop tristes. Ses membres sont douloureux. Sa chair est lacérée. Sa fourrure est arrachée.
Peu importe.
Peu importe, du moment que la liberté l’ébranle. « Profite du temps qu’il te reste. » Qu’elles s’agacent, du haut de leur pan de velours sombre. « Profite du temps qu’il te reste. » Les larmes s’écrasent sur ses joues blafardes. Une de ces crises. Une de ces inquiétudes qui la maintiennent éveillée, juste par peur de voir les mots des étoiles être exaucés.
Qu’ils disparaissent. Qu’ils meurent. Tous destinés à s’éteindre. Et elle, au milieu de ce capharnaüm de pleurs insidieux ?

Le souffle saccadé, l’immensité des cieux rencontre un lac couleur d’encre, à cette heure avancée. Le monde s’est arrêté de tourner, à l’instant où son palpitant malmené a cessé de battre. Une vision dérangeante s’impose à son regard. Une silhouette qu’elle pense voir est postée là, assise et altière sur un morceau de rocher qui paraît s’être taillé pour lui faire une place. Là, comme s’il avait toujours fait parti de ce paysage digne du plus bel Eden.
S’ébrouant un peu, Immortelle s’approche jusqu’à atteindre la berge sèche. Ils sont là, face à face. Ils sont là, issus de deux mondes différents. Là, les opposés qui s’attirent. Et, là, les deux tourmentés qui appellent quelqu’un qui brille par son absence. Bien sûr, ses iris ne perçoivent rien. Presque comme s’ils étaient morts. Comme si, celui qui était ici, ne voulait pas être vu.

« Ah… Douces déceptions. J’étais persuadée qu’une âme rôdait dans les environs. Mon imagination me jouerait-elle des tours ? »

La louve embrasse les environs de son regard améthyste, armée de son sourire fade. Il est de retour, plus pincé qu’à l’accoutumée. Cet éclat commence à lui coûter.

« Cette nuit s’annonce magnifique… »

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Pv: Immortelle] Quand survivre ne suffit plus ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bureau du Tribun de Saint Claude
» Livre I: Quand vivre ne suffit plus.
» Si t'as des soucis, besoin d'un ami, suffit d'un appel, pour que tout devienne limpide... avec Ethirbein!
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fallen Wolves :: Territoire de la Poussière d'Argent :: Le Lac de Cendre-
Sauter vers: